LA WAF COMPANY ® - Sylvain WUATTIER, éducateur canin
Comportement canin

Mon chien détruit

Parmi les problèmes rencontrés par certains maîtres, la destruction est sans doute le problème le plus compliqué à gérer pour les propriétaires de chiens. Avant de traiter le problème, il faut connaître le “pourquoi”. Les origines du problèmes peuvent être très différentes, et selon les cas de figure, on ne corrigera pas ce comportement de la même façon.

Commençons par les causes…

L’un des besoins primaire du chien est son besoin de mastication. Les chiens ont BESOIN de mâchouiller des objets. Il ne faut pas oublier également que les chiots, tout comme les bébés humains, vont avoir tendance à “goûter” les objets pour les appréhender. C’est leur façon de découvrir le monde, sans compter qu’ils auront également mal aux dents lorsqu’ils perdront leurs dents de lait…

Votre chien peut également détruire faute d’éducation : un chien ne sait pas qu’une pantoufle est une pantoufle et il ne sait pas que tous les objets n’ont pas vocation à être des jouets. Il faut donc lui apprendre qu’il n’est pas chez lui… mais chez vous. Et que chez vous, il ne doit toucher que ce qui est autorisé.

Un chien qui détruit le canapé de son maître ou qui s’attaque aux murs de la maison peut également exprimer son mécontentement. Ce sera notamment le cas des chiens pour lesquels quasiment aucune limite et aucune règle n’ont été mises en place au sein du foyer. C’est un chien qui a l’habitude de “gérer” ses patrons. Dans les cas les plus extrêmes, les destructions seront accompagnées de souillures. Cela pourra faire penser à l’anxiété… mais n’en est pas du tout ! Pour marquer son mécontentement, les souillures seront généralement toujours faites aux mêmes endroits, et à des lieux “stratégiques” ou de “valeur” (devant les voies de passage ou les portes, sur le lit des maîtres, sur votre fauteuil préféré, dans votre bureau ou vous passez du temps…)

Un chien peut également détruire parce qu’il ne supporte pas votre absence : il s’agira alors d’anxiété. Un chien qui est anxieux peut faire de gros dégâts. Ces destructions s’accompagneront de pleurs au moment de votre départ, ou de hululements. Et le chien pourra également déféquer / uriner en votre absence. Dans ce cas, à la différence du mécontentement, ce ne sera jamais au même endroit.

Le manque d’exercice ou de stimulation de votre chien peut également expliquer ses destructions. Lorsqu’un chien s’ennuie, il emmagasine de l’énergie : cette énergie devra sortir à un moment donné, d’une manière ou d’une autre. De plus, un chien qui s’ennuie s’occupera “à sa façon” : en grignotant vos meubles par exemple.

Voilà pour les principales causes. N’oubliez pas que ces causes s’accompagnent parfois d’un sentiment de stress chez le chien : le manque d’exercice, l’ennui, une angoisse / anxiété due à la séparation peuvent déboucher sur de la déprime, et dans des cas plus graves sur de l’auto-mutilation, du léchage compulsif. De même un chien qui marquerait son mécontentement ou qui n’aurait pas acquis les bases des règles de savoir vivre en groupe n’est pas non plus dans un état psychologique apaisé.

En tant qu’éducateur, mon rôle est donc de déterminer dans quel cas de figure votre chien se situe… afin de trouver le bon remède.

… et les remèdes.

En avant pour les solutions maintenant !

Le besoin de mastication sera satisfait avec des jouets type “Kong” : cela évitera que votre chien ne se rabatte par défaut sur vos pieds de table par exemple. Je conseille souvent à mes clients de laissez un / des jouets à disposition pendant leurs absences, mais de les ranger lorsque les maîtres sont là. Préférez les exercices de réflexion ou de stimulation lorsque vous êtes avec lui : les objets, c’est lorsque vous n’êtes pas là. VOUS devez êtes beaucoup plus intéressant qu’une balle.

L’éducation pourra être travaillée avec la mise en place de limites et de règles sociales : l’apprentissage du “tu laisses” / “pas toucher” est relativement simple à mettre en place, pour peu que l’on se donne un peu de temps pour l’apprendre à son chien. De même, la mise en place de limites géographiques dans la maison (pièce interdite) est très utile : Mamba n’a jamais eu le droit d’entrer dans la chambre, et même lorsque je suis absent et que la porte est ouverte, il ne lui viendra JAMAIS à l’esprit d’entrer dans cette pièce. Cette interdiction est profondément ancrée dans son esprit.

N’oubliez pas que les règles, les limites que vous posez à votre chien vont d’une part vous faciliter la vie, mais vont également le rassurer : il évolue dans un cadre où celui qui gère c’est vous, et pas lui. Il n’a pas cette responsabilité sur les épaules. Par ailleurs, cela est aussi une question de sécurité : interdire à son chien l’entrée de la salle de bain par exemple est sans doute une bonne idée si vous y rangez des médicaments.

Pour l’anxiété, les rituels de départ / d’arrivée des maîtres pourront être revus : les excès de caresses ont un effet paradoxal sur votre chien, puisqu’il en déduit que votre départ/retour est un événement exceptionnel… Et comme tout événement exceptionnel, cela génère un trop plein d’émotion, de l’attente, de l’anxiété…

Une habituation à votre absence pourra aussi être mise en place en cas d’anxiété : il est important d’apprendre à votre chien à rester seul, même dans la maison, et dès le plus jeune âge (4/5 mois). Ne laissez jamais un chien vous suivre constamment, et habituez le à rester de temps en temps dans une pièce différente de celle ou vous êtes.

Enfin, n’oubliez pas qu’un chien heureux est un chien qui se dépense physiquement et intellectuellement. Ne vous contentez pas d’une sortie de 15 minutes le soir… un chien a besoin de renifler, d’explorer, de courir. Faites des ballades, des parties de cache-cache, faites lui chercher ses jouets ou ses friandises dans le jardin, cachez les et encouragez le ! Un chien qui se dépense et qui réfléchi n’aura plus d’énergie pour détruire vos intérieurs !

En recours ultime, je conseille également la cage de transport. Cela peut sauver des maîtres qui sont à bout et qui ne peuvent se permettre de changer de canapé tous les 15 jours.

C’est un outil décrié par de nombreuses personnes… et je ne peux m’empêcher de penser que c’est parce qu’elles l’utilisent mal ! Un chien doit en effet être CONTENT d’aller dans sa cage (et il n’a évidement pas vocation à y rester toute la journée). La mise en place de la cage nécessite un apprentissage qui peut prendre du temps. Car il ne faut jamais, jamais forcer le chien. La cage doit devenir son panier. Son refuge, son nid douillet. Son endroit sympa, avec ses jouets, ses couvertures, et quelques friandises éventuellement pendant la phase d’habituation.

En conclusion :

Les causes de la destruction sont donc multiples, et pour apporter les bonnes réponses il va falloir analyser correctement la situation : analyser les habitudes de votre chien, mais aussi les vôtres ! C’est à cela que servent les séances comportementales et les cours d’éducation que je propose.

Précision importante (c’est une évidence pour moi, mais je préfère le mettre noir sur blanc) : il va de soi que je n’ai jamais appris à un chien à ne pas mordiller des chaussures ou un canapé en utilisant en collier électrique. Un apprentissage peut largement être effectué de manière positive mais ferme, sans jamais violenter un chien.

Amicalement,

Sylvain.

error: Contenu protégé © LA WAF COMPANY