LA WAF COMPANY ® - Sylvain WUATTIER, éducateur canin
Education canine

Punir son chien ?

C’est en parcourant certains forums, et en échangeant avec certains clients que je me rends compte que certains clichés ont la vie dure…
 
La “punition”… pourquoi ?
Lorsque les maîtres “punissent” leur chien, c’est souvent parce qu’il a fait une “bêtise”. Il a mangé vos chaussures, grignoté votre sofa pendant votre absence, il a fait pipi sur le tapis…
Je ne vais pas parler ici des punitions ou du comportement à adopter pour un chien qui mordrait : je parle ici des cas les plus communs (la destruction, la propreté).
 
Sachez tout d’abord que votre chien n’a pas conscience de la valeur que vous accordez aux objets. J’ai eu parfois des réactions étonnées lorsque j’ai expliqué que le chien ne sait pas qu’une chaussure est une chaussure… !
Pour les chiots c’est encore plus simple : sachez que pour découvrir le monde qui les entourent ils “gouttent” avec leur gueule (comme les bébés touchent avec leurs mains)… il est donc tout à fait normal que votre chiot veuille mâchouiller tout et n’importe quoi : il découvre.
Si votre chien détruit des objets, il faudra lui faire comprendre en douceur (mais rapidement, pour éviter d’autres dégâts) que seuls certains objets seulement sont autorisés : ses jouets. Il est très facile de faire comprendre à un chien qu’il ne doit pas toucher aux bibelots ou aux “objets des maîtres”…
Si votre chien a des problèmes de propreté, c’est peut-être le symptôme d’un autre problème (psychologique ou physique)… et dans ce cas, le punir ne solutionnera évidement pas le problème, mais risque d’en créer d’autres (un chien frappé ou réprimandé pour avoir fait ses besoins à l’intérieur pourra par exemple prendre l’habitude d’ingérer ses excréments… pour les cacher et éviter la colère de son patron).
Donc en résumé, votre chien ne fait pas de “bêtise” pour vous embêter… mais :
  1. soit parce que vous ne lui avez pas / mal appris (règles dans la maison, pose de limites)
  2. soit il a un souci de santé
  3. soit il s’ennuie / n’a pas assez d’exercice
La “punition”… quand ?
Ensuite, et malheureusement cela arrive bien trop souvent, le chien est souvent puni plusieurs heures après que le “crime” ait été commis (au retour du travail, au lever le matin…).
Sauf qu’on ne puni pas un chien 2 heures après… ni même 2 minutes après. Le chien vit dans le présent. Si vous ne prenez pas votre chien sur le fait en train de mâchouiller vos pantoufles préférées, et bien vous ne dites rien ! C’est la règle du “pas vu, pas pris”.
Vous les planquerez mieux la prochaine fois.
La punition est une question de timing pour être efficace. Si vous ne respectez pas cette condition, voici ce que cela donne avec un cas pratique :
 
Le maître part à 10h du domicile, et rentre à 14h.
A 14h, il découvre que Médor a ouvert le sac poubelle et a étalé le contenu dans le salon. Le maître est dépité et puni son chien en criant fort, en lui montrant le sac, et il l’enferme dans le cellier pendant 15 minutes (ou le met dans le jardin, la cave… bref, l’isole).
 
Dans la tête de Médor, voilà le déroulé de sa journée et ce qu’il en déduit :
– 11h : je suis seul et je m’ennuie… il y a des odeurs alléchantes dans la poubelle, allons voir ça de plus près.
– 16h : mon maître rentre, qu’est ce que je suis content… ah, il n’est pas content de me voir, il me crie dessus, parle fort, montre des objets. Il est instable. Sa réaction n’est pas logique. Il m’isole du groupe… ça me rend malheureux. Je n’ai rien compris.
 
Le chien ne fera AUCUN lien entre un événement passé et votre réaction présente. A tous ceux qui me répondront “Oui mais mon chien sait bien qu’il a fait une bêtise quand je rentre : il a les oreilles en arrières, il n’est pas fier, il va même seul dans son panier…”…
Et bien NON : il anticipe votre réaction, essaye de vous envoyer des signaux d’apaisement, non pas parce qu’il a compris qu’il avait fait quelque chose de mal, mais parce qu’il vous craint VOUS. C’est vous qu’il ne comprend pas. Il se demande à quelle sauce il va être mangé, et dans le doute, il cherche à vous apaiser. C’est une forme de stress, ni plus ni moins.
La dernière fois que vous êtes rentré, vous l’avez “enguirlandé”. Il se méfie donc, logiquement, lors de votre retour.
 
La “punition”… comment ?
Enfin, la punition en elle même… certains clichés ont encore la vie dure aussi à ce niveau là. Avec le classique “je lui mets le nez dedans” en cas d’accident pipi.
Sachez que c’est éthologique chez le chien de sentir les urines et les selles…cela ne sert donc strictement A RIEN.
Pour tout ce qui est propreté, AUCUNE punition. JAMAIS. Il s’agit d’apprentissage, on ne puni pas un chien qui n’est pas propre. Que ce soit un chiot (il apprend, c’est normal), ou un adulte (car dans ce cas, cela veut dire qu’il y a un souci plus grave derrière à traiter).
 
A vrai dire, on ne puni pas un chien tout simplement : on lui apprend ce qu’on attend de lui. Et on gère autrement les impondérables liés à la vie avec un poilu. Pour que votre chien fasse bien les choses, expliquez lui correctement. Montrez, soyez patients.
 
En pratique, sachez qu’il existe deux types de punition : la punition positive et la punition négative.
 
La punition positive & punition négative ?
La punition POSITIVE c’est lorsque l’on apporte quelque chose de désagréable au chien pour qu’il cesse un comportement indésirable.
La punition NÉGATIVE c’est lorsque l’on retire quelque chose d’agréable au chien pour qu’il cesse un comportement indésirable.
 
Certains éducateurs considèrent que les punitions positives sont forcément coercitives et donc qu’il faut simplement ignorer le mauvais comportement… mais cela peut ne pas suffire.
 
Je vais vous donner un exemple avec Mamba, c’est plus parlant : petite, elle avait commencé à aboyer pour demander à rentrer du jardin dans la maison. Je ne voulais pas qu’elle prenne cette habitude, par respect pour le voisinage (un beauceron qui aboie, ça envoi du lourd !)…
Dans ce cas de figure je ne pouvais pas simplement “ignorer” son comportement / ses aboiements (mes voisins n’auraient pas apprécié !). Alors j’ai fait une punition positive… mais à ma sauce : je lui ai apporté quelque chose de négatif : je fermais les volets dès qu’elle aboyait. Non seulement elle en a déduit que ses aboiements ne marchaient pas (je ne la faisais pas rentrer), mais en plus, elle avait quelque chose qu’elle n’aimait pas (avec les volets, elle ne me voyait plus et était encore plus isolée). Cela a été sa punition. Que j’ai pris soin de lever dés qu’elle cessait d’aboyer (quelques minutes).
 
Posez vous 3 questions :
En résumé, dites vous que les punitions ne fonctionnent que si vous raisonnez “chien”. Oubliez vos raisonnements d’humains, et apprenez la logique de votre compagnon.
Ayez un bon timing : on ne puni JAMAIS après. Et dès que le mauvais comportement cesse, on lève la punition car c’est ainsi que le chien va comprendre ce que l’on attend de lui.
Enfin, n’oubliez pas qu’un chien apprend avec patience et répétition… il n’y a pas de magie !
 
Et surtout, si vous décidez de “punir” votre chien, posez vous ces 3 questions :
  1. La “logique” et le timing de la punition sont-ils été respectés (je veux gommer un mauvais comportement que je constate dans l’immédiat) ?
  2. Le chien a-t-il été orienté vers le bon comportement ? (exemple avec Mamba et les volets : je lui ai fait comprendre qu’elle faisait fausse route, et dès qu’elle cessait, j’ouvrai les volets comme pour dire “oui, ce que tu proposes maintenant est mieux, continue !)
  3. L’expérience a-t-elle été respectueuse / non violente pour le chien ? (on peut toujours apprendre à un chien à ne pas aboyer avec un collier électrique… mais je préfère ma technique du volet !)
Si vous répondez OUI à ces 3 questions, vous avez bon ! Vous êtes compréhensible et respectueux pour votre chien. Si vous répondez NON à l’une de ces 3 questions, quelque chose ne va pas, votre chien ne vous comprend pas et/ou vous ne l’aidez pas à s’améliorer.
 
A bientôt.
Sylvain.
error: Contenu protégé © LA WAF COMPANY