La sociopathie

Je commence une série d’articles sur les troubles du comportement. Suite à plusieurs interventions chez des clients, suite à la rencontre de certains chiens…
Attention, il ne s’agira pas ici d’évoquer des problèmes d’éducation ou les simples symptômes de ces troubles (aboiements, agressivité…) mais bien d’évoquer le trouble en général. Et de vous expliquer comment l’éviter.
 
Comme son nom l’indique, la sociopathie du chien est causée par l’organisation sociale, par le “groupe” au sein duquel le chien vit (“socio” = les facteurs sociaux, “pathie” = la maladie / le trouble). Une fois posé ceci, détaillons un peu !
 
Quand ? A l’adolescence.
La sociopathie se développera chez un chien lors de la phase de puberté, c’est à dire entre la période allant de 4/6 mois à 1 an (ou 1 an et demi). Cette période chez le chien correspond à la période d’affirmation du caractère et à l’acquisition des fonctions de reproduction (lever la patte pour uriner). C’est une sorte de période d’adolescence : le chien va s’affirmer, remettre en question les règles de la maison… Comme un ado !
 
Un trouble provoqué par quoi ? par qui ?
Si certains troubles du comportement trouvent leur origine dans les conditions d’élevage et/ou le rapport à la mère du chien, la sociopathie est un trouble provoqué par le groupe social (les règles de la maison, les maîtres). Certains vétérinaires pensent néanmoins qu’une petite prédisposition génétique peut également intervenir, mais tout est bien déclenché par les facteurs sociaux.
 
Des RESPONSABILITÉS que le chien s’imagine avoir…
Concrètement, un chien sociopathe est un chien à qui ses maîtres ont fait comprendre (involontairement la plupart du temps) qu’il était le chef / le leader de son groupe (composé des adultes, des enfants et autres animaux du foyer).
Un chien sociopathe se considère comme celui qui doit “gérer” le groupe. A ce titre, en tant que “chef”, il pensera donc devoir avoir certaines RESPONSABILITÉS, comme celles de :
  • maintenir l’ordre (le sien) au sein du groupe : il grognera, menacera lorsqu’il estimera que quelque chose est “déplaisant”.
  • surveiller le groupe : il vous suivra, partout, tout le temps.
  • garder le groupe : il se placera en “portier”, devant la porte et/ou les voies de passage et décidera de qui rentre ou sort.
… à cause de PRIVILÈGES accordés par les maîtres… mais finalement considérés comme des DROITS par le chien.
Pourquoi un chien croit-il qu’il doit endosser ce rôle ? Tout simplement en raison des PRIVILÈGES, que vous lui avez accordés. A l’adolescence, certains chiens vont s’affirmer plus que d’autres. Et les privilèges vont devenir des DROITS pour le chien. Il va les réclamer, se les attribuer d’office. Sans que vous vous y opposiez.
 
Il s’agira notamment pour le chien :
  • d’obtenir de la nourriture à table, pendant le repas des maîtres (il pourra aller jusqu’à menacer pour en avoir)
  • d’avoir une gamelle à disposition / à volonté (il grognera si on y touche)
  • de manger très lentement (ou de sortir la nourriture de la gamelle pour la manger devant / à coté de vous)
  • d’obtenir des caresses / de les refuser quand on le souhaite (il râle, grogne)
  • d’être à l’origine des actions de jeu (décider quand cela commence et quand cela fini, ne pas rapporter les jouets)
  • d’être à l’origine des actions de promenades (décider quand)
  • d’être à l’origine des itinéraires (tire et mord la laisse)
  • de s’approprier des trophées en les conservant / couvant dans son panier (jouets des enfants, vêtements des adultes) et en empêchant qu’on ne les reprenne
  • d’effectuer des démonstrations à caractère sexuel (chevauchement des jambes, des enfants, d’objets)
  • de choisir un lieu de couchage privilégié, et si possible en hauteur (votre lit, votre fauteuil ou canapé préféré…jusqu’à ce qu’il vous refuse l’accès)
  • de gérer les déplacements des humains au sein de la maison (qui rentre, qui sort, empêche les gens de sortir)
  • d’aboyer fréquemment, sans que l’on puisse le stopper.
Le chien sociopathe va donc combiner ses “responsabilités” avec des “droits” qui lui ont été accordés ou qu’il s’est arrogés. Et il va décider de tout.
 
L’état d’esprit du chien : de l’agressivité…
Et pour décider de tout, le chien commencera par insister un peu, puis de plus en plus. L’agressivité se manifestera tant vis à vis des humains qu’envers les congénères :
  • Avec des aboiements ou un contact physique “léger” au début ;
  • En mordillant (la laisse pour gérer l’itinéraire de promenade, votre bras pour demander à jouer…) et en grognant ensuite ;
  • Et au final… en mordant.
Lorsqu’un chien sociopathe en arrive à mordre pour gérer son groupe, on dit qu’il a “instrumentalisé” sa morsure, c’est à dire qu’il a fait de sa morsure un moyen de communication comme un autre. Dans sa tête, c’est comme s’il s’asseyait pour demander une balle.
Concrètement, un chien sociopathe fera vivre un enfer à sa famille : il mord pour demander à jouer, il menace les invités, il aboie énormément, il grogne, détruit… En général, plus personne ne vient au domicile, et les maîtres ne peuvent plus sortir le chien.
 
… et de la souffrance.
Les chiens sociopathes sont anxieux du fait de leur hyper vigilance (liée à leur “mission” de surveillance). L’agressivité du chien s’accompagnera donc :
  • de destruction en l’absence des maîtres (surtout les issues : portes, fenêtres) ;
  • de marquage urinaire et fécal en l’absence des maîtres (en hauteur ou sur les endroits stratégiques : lit, table à manger, canapé…etc…) ;
  • d’une hyper vigilance et d’une grande réactivité aux événements qui l’entoure (rôle de surveillance).
La plupart du temps, les maîtres vont réprimander le chien pour ses destructions ou sa mal propreté, ce qui renforcera encore plus l’anxiété, et le trouble.
 
Que faire ? Des règles, tout simplement…
Alors comment régler le problème avant que cela ne dégénère ? En instaurant des règles à la maison, tout simplement. Ici il ne sera pas question d’éducation. Je ne pourrai pas apprendre le rappel, la marche en laisse, l’arrêt de jeu ou le refus d’appât par exemple, tant que le chien n’aura aucun cadre social chez lui.
C’est pourquoi je pose toujours énormément de questions lors de mes séances comportementales avec les clients. Cela me permet de voir quelles sont les règles mises en place au sein du foyer, pour éviter ce genre de situations. Tous les chiens ne deviendront pas sociopathes faute de cadre social, mais certains oui.
Il ne faut pas confondre le fait de donner des règles, des limites à votre chien avec le fait de le maltraiter ou de le rendre malheureux. Un chien a besoin d’un cadre social, de convenances sociales. Comme nous d’ailleurs ! Et donner des limites à un chien ne veut absolument pas dire faire preuve de violence. Mais de justesse.
Je conseille donc toujours aux maîtres de réduire les prérogatives, les privilèges jusqu’à l’age adulte, puis de les accorder petit à petit après, si le chien se comporte bien. C’est ainsi que j’ai fonctionné avec Mamba.
 
En pratique, si le chien sociopathe n’a pas encore mordu et instrumentalisé la morsure, il faudra :
  • Cesser de donner à manger au chien à table
  • Cesser de laisser sa gamelle à disposition et le faire manger APRES les maîtres
  • Cesser de laisser l’accès au lit / au canapé
  • Positionner le panier à un endroit ou il ne peut pas surveiller les allers et venus
  • Cesser de laisser le chien se positionner en surveillance (hauteur, voies de passage)
  • Cesser de lui laisser les initiatives des moments de jeux, des caresses, des promenades
  • Cesser d’utiliser une laisse à enrouleur (vous lui apprenez à tirer avec cet accessoire)
  • Cesser de laisser au chien effectuer des démonstrations à caractère sexuel
… ou un changement de groupe pour éviter le pire.
Si les maîtres ne fournissent pas rapidement un cadre social à leur chien, l’instrumentalisation de la morsure finira par arriver… avec des conséquences tragiques : blessure grave pour la personne ou le chien mordu et euthanasie pour le chien agressif.
Hélas, certains maîtres sont incapables d’instaurer ces règles avec leur chien :
  • soit par peur, quand l’agressivité est déjà bien installée,
  • soit parce qu’ils ne se font pas correctement comprendre de leur chien (manque d’assurance, mauvaise interprétation du comportement canin et mauvaises réponses apportées)
  • soit simplement parce qu’ils ne veulent pas changer.
Quelques vétérinaires proposent donc des traitements médicamenteux pour atténuer l’agressivité du chien, et permettre une éventuelle reprise de contrôle progressive à la maison, mais souvent ces traitements qui atténuent l’agressivité augmentent l’anxiété.
En alternative, si le chien n’a pas encore instrumentalisé la morsure, un changement de groupe, de famille est la seule solution. Le chien repartira ainsi de zéro… et c’est ce qui le sauvera. Car si la morsure est instrumentalisée, ce sera malheureusement trop tard pour le récupérer.
 
Amicalement,
Sylvain.