LES DIFFERENTS TYPES DE NOURRITURE

Nourriture industrielle, rations ménagères, nourriture crue

S’informer pour bien choisir. 

Je reçois beaucoup de questions concernant la nourriture pour chiens et on me sollicite régulièrement pour savoir quelle marque de croquettes choisir. Cette page est donc faite pour vous éclairer. 

En préalable, sachez qu’un début de CMD – cardiomyopathie dilatée – a été diagnostiquée en 2021 à ma chienne, Mamba, à seulement 4 ans 1/2. C’est une maladie dégénérative du cœur, il n’y a malheureusement pas de traitement. Elle n’avait pourtant aucune prédisposition génétique et aucun antécédant. A l’Ecole Vétérinaire de Maisons-Alfort, ou Mamba eu 3 consultations avec pose d’un holter pendant 24 heures, plusieurs vétérinaires m’avaient alors conseillé de changer son régime alimentaire (je lui donnais des croquettes « haut de gamme » sans céréales). Lorsque j’avais suggéré l’alimentation crue, ils m’avaient répondu qu’il était temps d’essayer. Lors de ces consultations à Maisons Alfort, j’ai ainsi également répondu à un petit questionnaire pour une étude portant sur les maladies de coeur constatées chez les chiens et les chats… et leur alimentation.

Alors commençons par la base : 

Tout d’abord, le chien est un carnivore : il est fait pour manger de la viande. En tant qu’être humain nous sommes omnivore : c’est à dire que nous avons la chance d’avoir un appareil digestif qui nous permet à la fois d’assimiler les aliments d’origine végétale et ceux d’origine animale. Ce n’est pas le cas du chien, dont le système digestif n’est pas fait pour manger des légumes ou des céréales. Le chien n’est pas une poule, il descend du loup. C’est un loup domestiqué. Un loup ne mange pas de riz ou de blé. Il mange de la viande, des proies.

Aujourd’hui, il existe 3 grandes catégories de nourritures pour nos poilus, et je vais vous les présenter ci-dessous : la nourriture industrielle sèche (les croquettes) ou humide (les pâtées) ; l’alimentation cuite préparée « maison » (la ration ménagère) ; l’alimentation crue (le BARF, le Prey Model ou Whole Prey…).

la nourriture industrielle

Pratique et souvent économique. 

La plupart des gens donnent de la nourriture industrielle à leurs chiens par soucis de commodité et par « reflexe » : nous sommes « conditionnés » (par les publicités) à penser que les croquettes sont une nourriture « normale » pour les chiens. Or les croquettes et les pâtées ont été inventées et développées par les industriels avec deux objectifs :
  • répondre à une attente « pratique » du consommateur (nourrir son chien doit être rapide) ;
  • répondre à une attente « économique » du consommateur (nourrir son chien ne doit pas couter cher) ;
  • répondre à un objectif de rentabilité pour le fabricant.

Les croquettes : avec ou sans céréales

Il existe une variété énorme de croquettes : avec ou sans céréales, des croquettes végan, des croquettes à base d’insectes, des croquettes à base de produits « exotiques » (kangourou, baies…). Dans un premier temps, sachez que les croquettes sont une nourriture extrêmement sèche (comme si vous mangiez des biscuits secs par exemple) ; le risque est donc de provoquer des cystites ou des problèmes de reins. C’est pourquoi je préconise de les hydrater avant de les donner à votre chien (recouvrir la gamelle d’eau tiède et laisser reposer 20/25 min le temps que les croquettes s’imbibent).

Les céréales contenues dans la plupart des croquettes servent à faire tenir la forme de la croquette. Elles ne sont pas faites pour être digérées par les chiens : ce sont des sucres lents, des glucides, qui peuvent provoquer diabète et obésité s’ils sont présents en trop grande quantité. Les maîtres commençant à être sensibilisés aux dangers des céréales dans les croquettes, des croquettes sans céréales (ou « grain free ») sont désormais proposées. Pour faire tenir la forme de la croquette, les céréales ont donc été remplacées par des pois et des lentilles. Selon les vétérinaires de Maisons Alfort, ces ingrédients, qui ne sont habituellement pas destinés aux chiens, pourraient empêcher certains nutriments comme la taurine, d’être correctement assimilés par le cœur… c’est ce qui aurait donc pu provoquer la cardiomyopathie de Mamba.

Les pâtées

Les pâtées industrielles contiennent beaucoup d’eau. Il faudra donc en donner beaucoup plus que des croquettes pour rassasier votre poilu. Par exemple si vous donnez 100 grammes de croquettes à votre chien, vous devrez donner 400 grammes de pâtées. L’inconvénient de ce genre d’alimentation « molle » est que votre chien n’utilisera jamais ses dents. Il risque donc de « tartrer » beaucoup plus vite et d’avoir des problèmes dentaires plus vieux. 

Nourriture industrielle (sèche)
Nourriture industrielle (sèche)
Nourriture industrielle (humide)
Nourriture industrielle (humide)
Sous produits d'origine animale : poils, sabots, huiles de cuissons de la restauration...

Les étiquettes

Si vous choisissez de nourrir votre chien avec de la nourriture industrielle, lisez attentivement le détail des ingrédients. Les industriels n’ont pas l’obligation ni de les détailler ni d’indiquer les pourcentages. Sachez cependant que le premier ingrédient indiqué sur le paquet est l’ingrédient MAJORITAIRE. Voici par ailleurs un petit lexique vous permettant de savoir précisément ce que cachent les étiquettes :

  • Les céréales : blé, riz, maïs, avoine, orge, seigle (y compris « farines de » et « gluten de »). Elles permettent de faire « tenir » la forme de la croquette et sont transformées en sucres par les chiens. Ce sont des ingrédients utilisés par les fabricants car ils sont peu chers. Les chiens ne sont pas fait pour en manger.
  • Les sous-produits : il s’agit de déchets impropres à la consommation mais que l’industrie agroalimentaire a l’autorisation de « valoriser » en les vendant comme nourriture pour animaux. Il existe 3 sortes de « sous-produits » :
    1. sous-produits d’origine animale : ce ne sont en aucun cas des abats, mais des sabots, cornes, plumes, poils, laine, cuire, placenta, carcasses d’animaux morts ou euthanasiés (y compris les animaux de compagnie, animaux de zoo, animaux errants), les « déchets de cuisine et de table » (huiles de cuisson usagées de la restauration).
    2. sous-produits de poissons : carapaces de crustacés, écailles, coquilles.
    3. sous-produits d’origine végétale : coques de fruits secs (noix), épluchures de pommes de terre, pulpe de betterave, tourteau de colza ou tournesol (déchets issus de l’extraction de l’huile).
  • Les hydrolysats : compléments alimentaires rajoutés lorsqu’il n’y a pas de viande.
  • Les protéines déshydratées / hydrolysées, les farines : poudres issues du broyage des « sous-produits ». 
  • Isolat de protéines : protéine obtenue à partir de graines d’arachide, de tournesol, de colza, de feuilles et d’autres « matières biologiques » (lesquelles ?).
  • La graisse.
Il n’est pas nécessaire de s’interroger longtemps pour comprendre que ces produits s’apparentent à des déchets, et non à de l’alimentation. A vous de comparer les compositions et ingrédients indiqués sur les paquets : pour exemple, voici les ingrédients de deux marques bien réelles : la marque 1 est très connue et « économique », la marque 2 est une marque « haut de gamme ». J’ai recopié strictement les ingrédients des deux paquets.

Marque 1 : aucune viande, uniquement des céréales et des sous-produits.

Riz, blé, graisse animale, protéines de porc déshydratées, isolat de protéines végétales, protéines de volaille déshydratées, protéines animales hydrolysées, pulpe de betterave déshydratée, minéraux, huile de poisson, huile de soja, fructo-oligosaccharides, hydrolysat de crustacés, farine de fleurs de tagète, hydrolysat de cartilage.

Marque 2 : des quantités indiquées, de la viande (fraiche ou séchée), du poisson entier, des oeufs, des abats frais, des fruits et des légumes. De la nourriture, pas des déchets.

→ Viande de bœuf écossais fraîche (11 %), viande de sanglier fraîche (4 %), viande de bison fraîche (4 %), viande d’agneau du Romney fraîche ou crue (4 %), viande de porc fraîche du Yorkshire (4 %), foie de bœuf frais (4 %), tripes de bovins (4 %), sardines entières fraîches (4 %), œufs frais entiers (4 %), foie frais de sanglier (4 %), agneau (séché, 4 %), bœuf (séché, 4 %), hareng entier (séché, 4 %), mouton (séché, 4 %), porc (séché, 4 %), foie frais d’agneau (3,5 %), panse fraîche d’agneau (3,5 %), sardines entières (séchées, 3 %), foie frais de porc (3 %), lentilles rouges, lentilles vertes, pois verts, fibres de lentilles, pois chiches, pois jaunes, haricots rouges, graisse de bœuf (1 %), graisse de porc (1 %), huile de hareng (1 %), cartilage de bœuf (séché, 1%), foie de bœuf (congelé séché), tripes de bœuf (congelées séchées), panse d’agneau (congelée séchée), foie d’agneau (congelé séché), citrouille entière fraîche, courge musquée entière fraîche, courgettes fraîches, panais frais, carottes fraîches, pommes fraîches, poires fraîches, chou frisé, épinards frais, feuilles de navet frais, tiges de navet frais, algues brunes, canneberges entières, myrtilles entières, baies d’« amélanchier » entières, racines de chicorée, racines de curcuma.

La ration ménagère

Cuire la nourriture (… mais pourquoi ?!)

La ration ménagère est le fait de préparer une alimentation cuite pour son chien :

  • viande cuite
  • légumes cuits
  • riz très cuit
  • huile
  • compléments alimentaires

Je n’ai jamais échangé avec des vétérinaires sur ce régime, donc je n’en dirait pas grand chose. Je m’interroge juste sur le fait de cuire la viande. Outre le fait que cela fait perdre les vitamines, je n’ai jamais vu un carnivore dans la nature se faire griller son steak avant de le manger. Pour le riz, il faudra le faire cuire très très longtemps pour le rendre à peu près digeste, car l’estomac des chiens n’est pas fait pour assimiler les féculents (pâtes et riz).

Dans tous les cas, la ration ménagère ne s’improvise pas : il faut calculer, peser, préparer.

Ration ménagère
Ration ménagère
Nourriture crue

La nourriture crue (raw feeding)

Se rapprocher de ce que le chien mangerait à l’état sauvage.

Avec la nourriture crue, l’objectif est de donner l’alimentation la plus « naturelle » et la moins transformée possible. De plus en plus de professionnels reconnaissent clairement les bénéfices de l’alimentation crue. En dehors des vétérinaires de Maisons Alfort que j’ai rencontré, c’est notamment le cas d’un des vétérinaires qui m’a formé – Mr Bernard Van Huffel – et qui qualifiait les résultats en termes de longévité et la santé comme étant « spectaculaires ». Il existe plusieurs « tendances » dans le l’alimentation cru mais la base est la même : pas de féculents, pas de céréales, de la viande, peu ou pas de légumes, le tout étant absolument cru :

  • le BARF : Biologically Appropriate Raw Food (Alimentation crue biologiquement appropriée)
  • le PREY MODEL : proies « reconstituées » dans la gamelle du chien
  • le WHOLE PREY : proies entières, non vidées, les plumes ou la fourrure peuvent être laissées.

De plus en plus d’industriels se lancent aujourd’hui dans la fabrication de rations ménagères ou de rations crues « toutes préparés » : gardez en tête de bien lire les compositions de ces préparations, et assurez vous de la qualité de la viande dans ces produits déjà hachées / mixées (il y a souvent plus de tendons que de viande par exemple).

B.A.R.F. PREY MODEL WHOLE PREY
Viandes
Os charnus
Abats
Panse verte (en option)
Oeufs entiers (en option)
Fruits & légumes
Yahourts
Huiles, algues, compléments alimentaires
Viandes
Os charnus
Abats
Panse verte (en option)
Oeufs entiers (en option)
Proies entières
Poissons entiers
Œufs entiers

Le régime de Mamba

Le Prey Model.

Mamba est au « Prey Model » depuis avril 2021. Elle prend plaisir à manger et je sais que ce qu’elle mange n’est ni toxique ni déséquilibré. Cela nous prend environ 2h30 de préparation tous les mois et demi. Pour un budget équivalent à des croquettes haut de gamme. Nous avons été très rigoureux dans l’introduction des différentes viandes afin de vérifier ses éventuelles intolérances. Tout est pesé pour éviter les carences et chaque ingrédient est indispensable : par exemple, si je ne mettais pas de foie, elle perdrait la vue, s’il n’y avais pas d’os charnu, elle manquerait de calcium. La variété de son menu fait l’équilibre général de son régime.

Lorsque nous expliquons que Mamba est au cru nous avons souvent le remarque « ah, alors vous lui donnez des steaks hachés ? »… Là aussi, cette réflexion que nous avons entendue de nombreuses fois, renvoie à un produit fabriqué par les industriels. Mamba ne mange aucun steaks hachés. Voici en revanche ce qu’elle mange (tous ces aliments sont achetés « en gros », à l’état brut, et nous préparons les rations que nous congelons) :

  • viandes : poulet, dinde, lapin, pintade, cheval, bœuf, agneau (sa préférée !), veau, porc, canard, cerf, cœur de poulet, cœur de cheval, cœur de bœuf, poumon de veau, poumon de cheval
  • os charnus : carcasses de poulet, queues de porc, pieds de porc, plat de côtes (poitrines) d’agneau, cous de dinde, cuisses de dinde, quart avant de lapin, plat de côtes de porc
  • abats : foie de poulet, foie de dinde, foie de cheval, foie de bœuf, foie de lapin, foie de porc, rate de cheval, rate de bœuf, rognons de cheval, rognons de bœuf, rognons de lapin, pancréas de boeuf, cervelle de veau
  • poissons entiers : sprats, sardines, harengs, anchois, daurades, soles, bars
  • poisson en filets : saumon, cabillaud
  • proies et autres : poulets entiers, panse verte d’agneau, œufs entiers (avec coquille)

En janvier 2022, nous avons effectué de nouveaux examens vétérinaires, et pour la première fois depuis presque un an, nous avons eu des bonnes nouvelles : l’état de Mamba s’était stabilisé, certains de ses examens étaient même corrects. Le traitement pour son cœur a été repoussé avec un bilan à refaire pour début 2023.

Alors qu’en 2021, nous allions chez le vétérinaire tous les 2 mois, nous voici désormais sereins. Est-ce le résultat à son régime alimentaire ? Cela y contribue assurément : car rien d’autre n’a changé…

Rations préparées au congélateur
Les rations de Mamba préparées & congelées.

La santé est dans l’assiette…

… pareil pour les chiens !

Vous ne seriez pas en bonne santé en mangeant tous les jours au fastfood, il en va de même pour vos chiens. Lisez bien les ingrédients si vous achetez une alimentation « toute faite », et partez du principe que ce que vous ne mangeriez pas ne doit pas non plus être donné à votre chien.  

Ne mélangez jamais croquettes et nourriture crue ! Un chien nourri au cru aura une forte acidité gastrique : cela lui permet de bien digérer les os, d’absorber correctement les vitamines et les minéraux et de se prémunir contre les bactéries. Un chien nourri à la nourriture industrielle aura une faible acidité gastrique car les glucides ne stimulent pas le fonctionnement de l’estomac. Ainsi, si vous lui donner de la viande ou un os charnu « de temps en temps » ou avec des croquettes, vous favoriserez les inflammations gastro intestinales, la constipation, les diarrhées, et dans le pire des cas, des maladies auto-immunes. En résumé : choisissez un régime, et tenez vous-y. Mais ne mélangez pas tout. 

Voici quelques liens vers des sites qui traitent de l’alimentation crue. A vous de vous faire votre opinion, je ne donne ici que mon avis de simple éducateur canin et de maître de chien.

Bien débuter le cru - Adulte
- BIEN ETRE -
Débuter la nourriture crue : plan personnalisé & conseils de base (CHIEN ADULTE)
© Sylvain WUATTIER

Liste des viandes, os charnus, abats et poissons adaptés à votre chien, plans d’introduction et de diversification (quantités, planning). Conseils et astuces.

25,00 €

Bien débuter le cru - Chiot
- BIEN ETRE -
Débuter la nourriture crue : plan personnalisé & conseils de base (CHIOT)
© Sylvain WUATTIER

Bientôt disponible.

 

Bientôt disponible

LE SUCRE PRESENT DANS VOS CROQUETTES

Le taux de sucre n’est jamais mentionné sur les paquets !

Calculez le à l’aide de cet outil ci-dessous

Indépendamment des produits présents dans la nourriture de votre chien (ce dont j’ai parlé ci-dessus) ; il peut également être intéressant de calculer le taux de sucre présent dans les croquettes, surtout celles contenant des céréales. En effet, les céréales sont des sucres lents, des glucides, qui peuvent provoquer diabète, obésité et d’autres maladies chroniques. Par ailleurs, pour être de bonne qualité, les croquettes doivent avoir un taux de protéines suffisamment élevée pour éviter les carences.  

Le taux de sucre / de glucides n’est JAMAIS indiqué sur les paquets de croquettes : il faut donc le calculer soi-même. La calculette ci-dessous est faite pour ça.

 Saisissez les données figurant sur votre paquet dans la rubrique composition analytique ou composants analytiques :

  • saisir les pourcentages sans le symbole « % »
  • mettre une virgule et non un point pour les décimales (ex : 2,5 et non 2.5)
  • ne pas tenir compte des sous-éléments tels que : acides gras, phosphore, calcium… Ne saisir que les éléments demandés dans la calculette.

Les protéines : doit être de 35% ou plus pour les croquettes, et de 8% pour les pâtées. Une grande quantité de végétaux peut aussi rendre un taux de protéines élevé (via l’apport de protéines végétales), dans ce cas les croquettes ne seront pas de bonne qualité, c’est pourquoi il est important de bien lire le détail des ingrédients, en plus de la composition analytique. 

Les graisses ou matières grasses (lipides) : doit être compris entre 15% et 20% pour les croquettes et d’au moins 4% pour les pâtées. Privilégiez les matières grasses d’origine animale (huile de saumon par exemple) et évitez les matières grasses végétales (huile de tournesol par exemple). 

Les cendres : doit être autour de 8% pour les croquettes et ne doit pas dépasser 2% pour les pâtées. Ce sont les matières dont l’origine n’est ni animale ni végétale (inorganiques) comme le calcium, le phosphore et le magnésium. Un taux trop élevé dans les pâtées signifiera qu’il y a trop d’os par exemple (calcium) et pas assez de viande.

Le fibres : ne doit pas dépasser 3% pour les croquettes et doit se situer autour de 1% pour les pâtées. Il s’agit de végétaux non digestibles par le chien mais qui ont un effet bénéfique sur les intestins. 

Le sucre (glucide) : pour les croquettes, ce taux doit être inférieur au taux de protéines et inférieur à 25% (au mieux il doit tendre vers 10%). Pour les pâtées, ce taux doit être inférieur à 10%. Les céréales (riz, mais, blé) contiennent beaucoup de sucres.

Je vous recommande de changer de croquettes si :

taux de sucres/glucides SUPERIEUR au taux de protéines

→ taux de sucres/glucides SUPERIEUR à 25%

ET LES FRIANDISES ?

Leur fabrication est encore moins réglementée que les croquettes ou les pâtées.

Soyez donc d’autant plus vigilants…

Mon désydrateur en pleine action !
Mon déshydrateur (morceaux de poulet)
Le résultat : des morceaux de poulet séchés
Le résultat : des lamelles de poulet séché

Le pire…

Les os compressés à mâcher et les bâtonnets « pour les dents »

Les os compressés à mâcher :

Faites à base de peaux de buffle / bœuf, ces friandises ont été soumises à plusieurs traitements chimiques avant d’être mangées par votre chien :

  1. Lors de l’expédition des peaux de bœufs des abattoirs vers les tanneries un 1er bain chimique est effectué pour assurer leur conservation pendant le transport
  2. Au sein de la tannerie, la séparation des poils et des graisses d’avec la peau est effectuée à l’aide d’une solution toxique à base de soude ou de sulfure de sodium
  3. La peau est ensuite traitée avec des produits chimiques pour la diviser en plusieurs couches (la couche extérieure est utilisée pour les vêtements, les sacs ; la couche intérieure est utilisée pour fabriquer de la colle, des produits cosmétiques et… les friandises pour chien).
  4. Un lavage est effectué pour enlever l’odeur de pouriture ainsi qu’un blanchiment des peaux avec du peroxyde d’hydrogène et/ou d’eau de javel
  5. Pour « leurrer » votre chien on ajoute des colorants et des saveurs artificielles dont certains peuvent être cancérigènes
  6. On ajoute ensuite de la colle à base plomb, arsenic, mercure, sels de chrome, formaldéhyde, ou d’autres produits chimiques toxiques pour faire durer l’os et l’empêcher de se désagréger.

Outre ces aspects toxiques catastrophiques, les risques d’étouffements sont supérieurs avec ces « friandises » de par leur consistance « rigide ». Si vous êtes curieux, je vous invite à cliquer sur le lien de cette petite vidéo (en anglais) qui vous montre les étapes de fabrication que j’ai décrit ci -dessus.

Les bâtonnets « pour les dents » :

Très connus du grand public, ils seraient bons pour la santé bucco dentaire. Je vous mets au défi de trouver les études scientifiques qui le prouve ! Si j’en crois la composition d’une célèbre marque, je ne vois pas en quoi ils sont bons pour la santé : 62% de farine de maïs, 5% de farine de blé, glycérine, minéraux, levure, viande et sous-produits d’origine animale, huiles et graisses. La composition analytique me permets de calculer un taux de sucre record de … 71% !

Le meilleur…

Le fait maison !

Si vous voulez donner des friandises saines à votre chien, n’en achetez pas dans le commerce : fabriquez les ! Un simple déshydrateur et le tour est joué : morceaux de viande, d’abats… vous pourrez facilement stocker vos friandises séchées « maison » dans votre réfrigérateur, et pendant plusieurs semaines.