VOUS PARLEZ TROP !

16 janvier 2023 VOUS PARLEZ TROP ! 

Un « travers » que de nombreux maîtres ont, et que je conseille vivement de corriger : vous parlez trop à vos chiens ! Pour leur donner une consigne, que ce soit en séance individuelle ou collective, certains de mes clients ont tendance à faire des « tirades » et/ou à constamment interpeler leur chien en utilisant leur nom de manière extrêmement répétitive. Je vais vous expliquer pourquoi ces deux habitudes sont contre productives.

Faire court

En moyenne, un chien mémorise entre 50 et 100 mots. Certains chiens vont jusque 500 et même au delà, avec un très bon entrainement. Il ne sert donc à rien d’abreuver votre chien de paroles inutiles.

Lorsque je donne une consigne à ma chienne, je fais toujours le plus court possible. Par exemple, en séance collective, pour une démonstration, je vais faire « Mamba » « Au pied ». Dire son prénom me permet de capter son attention (à ce moment elle va m’interroger du regard pour savoir ce qu’elle doit faire), puis je lui donne la consigne (qu’elle attend donc) : marcher à ma jambe. 

Maintenant je vais (un peu) grossir le trait et donner le même ordre, mais « à la façon » de certains maîtres. Cela donne à peut près ça : « Mamba, Mamba…. Mamba, allez, viens, vient ici. On va faire un exercice, voilà, allez Mamba, marche au pied, non non pas comme ça. Au pied, oui ! Pas devant, non. Ici, au pied ! Allez, on écoute ! »

Faire des phrases n’a pour résultat que d’embrouiller votre chien. Vous l’habituez simplement à une sorte de « bruit de fond » constant qui va juste permettre de lui faire comprendre ceci : votre parole n’a aucune importance / valeur. Il ne vous comprend pas. Tout ce qui est rare est précieux. Il en va de même pour votre parole : je parle peu à ma chienne, mais lorsque je lui parle, j’ai absolument toute son attention. Car ma parole est précieuse. Et mes consignes sont courtes et claires. Je ne l’embrouille pas.

En séance individuelle, lorsque je travaille les chiens de mes clients, je ne leur parle pas (ou extrêmement peu : quelques mots tout au plus). Cela surprend souvent mes clients mais c’est bien la preuve que nous n’avons pas besoin d’abuser du langage « humain » pour communiquer avec nos chiens. En vérité, nous pourrions très bien être muets, nos chiens nous comprendraient tout autant car ils sont beaucoup plus réceptifs à nos gestes, nos postures, notre corps.

Apprendre l’action en premier et mettre un mot dessus ensuite

Autre erreur classique liée à la parole des maitres : donner un ordre à son chien… sans lui avoir appris ce que c’était ! 

Je ne compte plus les gens qui demandent un « assis », un « pas bouger », un rappel, sans jamais l’avoir appris. Aucun ordre n’est inné chez nos poilus : il faut leur apprendre. Lorsque le chien commence à réussir l’action (s’asseoir, revenir, attendre), même sans qu’on lui ai demandé ; alors là seulement on nomme ce que c’est, on pose le mot sur l’action. On indique au chien : « Voilà : ce que tu viens de faire ça s’appelle comme ça ». C’est ainsi que le chien associera l’action à la consigne verbale. 

En résumé : tant qu’un chien ne sait pas faire un « couché », on ne lui dit pas « couché ».

Et toujours dans un soucis de cohérence, un seul mot pour un ordre : si vous êtes cinq dans la famille, tout le monde emploie le même mot ! 

Utiliser le nom de votre chien à bon escient

Dernier travers récurent lié à la parole : passer son temps à interpeler son chien en disant son nom. Lorsque les maitres veulent rappeler leur chien, lorsqu’ils veulent lui faire cesser une action (des aboiements par exemple), dans 90% des cas, j’entends un « Max… Max… Max… Max…. ! » Systématiquement, si je suis à vos cotés, vous aurez droit à un « Max… quoi ?? » . En ne disant que le nom de votre chien, il comprend que vous vous adressez à lui. Mais comme vous n’êtes pas clair (pas de consigne précise), il risque grandement de ne pas vous obéir. Et ce sera de votre faute, et non de la sienne. Par ailleurs, votre chien n’est pas sourd : inutile de répéter 5 fois son nom : votre parole perd encore de la valeur de cette façon.

Le nom de votre chien doit être utilisé pour capter son attention : si Mamba est avec des congénères, j’utilise son prénom avant l’ordre pour lui signifier que c’est bien à elle que je m’adresse. Si elle est seule avec moi, je lui donne sa consigne directement, sans dire son nom : il n’y a pas besoin.

En conclusion : c’est à nous – les humains – d’être précis, clairs et concis pour nous faire comprendre de nos chiens. 

Partager

logo LA 'WAF' COMPANY ® - Sylvain WUATTIER